IdentifiantMot de passe
Loading...
Mot de passe oublié ?Je m'inscris ! (gratuit)

Vous êtes nouveau sur Developpez.com ? Créez votre compte ou connectez-vous afin de pouvoir participer !

Vous devez avoir un compte Developpez.com et être connecté pour pouvoir participer aux discussions.

Vous n'avez pas encore de compte Developpez.com ? Créez-en un en quelques instants, c'est entièrement gratuit !

Si vous disposez déjà d'un compte et qu'il est bien activé, connectez-vous à l'aide du formulaire ci-dessous.

Identifiez-vous
Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ?
Créer un compte

L'inscription est gratuite et ne vous prendra que quelques instants !

Je m'inscris !

La mise en application du Digital Markets Act est la raison pour laquelle Windows va devenir un meilleur OS pour les utilisateurs de l'union européenne,
Qui redeviendront souverains sur leurs PC

Le , par Patrick Ruiz

10PARTAGES

5  0 
Lorsque la nouvelle application de sauvegarde Windows Backup a atterri sur les PC des utilisateurs de Windows 10 et Windows 11, c’était avec la précision « c’est un composant système » faite par Microsoft. En tant que tel, les utilisateurs ne pouvaient donc pas la désinstaller, d’où une controverse. En effet, certains estiment qu’il s’agit de choix de l’éditeur qui leur donnent de plus en plus l’impression de ne pas être les possesseurs de leurs systèmes d’exploitations. La donne est appelée à changer avec la mise en application, depuis le mois de mai de l’année en cours, du Digital Markets Act. Les exigences du règlement européen sur les marchés numériques de l’UE sont telles que le géant technologique n’a pas d’autre choix que de redonner aux utilisateurs la souveraineté sur leurs PC.

Les notes d’information de Microsoft permettent de dresser une liste non exhaustive des changements phares attendus dans Windows en raison de l’application du DMA

  • Certaines applications fournies avec Windows ont désormais la possibilité d'être désinstallées. Il s'agit notamment des applications Appareil photo, Photos et Cortana. Dans l'UE uniquement, les utilisateurs de Windows auront la possibilité de désinstaller Microsoft Edge et la recherche Web du composant Microsoft Bing.
  • Les développeurs pourront spécifier des fournisseurs alternatifs pour la navigation sur le web en utilisant la boîte de recherche Windows ainsi que des flux dans les tableaux Windows Widget. De plus, Windows demandera aux utilisateurs s'ils veulent l’autoriser à utiliser leur compte Microsoft pour synchroniser les données avec d'autres appareils Windows et produits Microsoft qui utilisent le même compte.


Microsoft a, de sa propre initiative, passé l’annonce de son ouverture à la possibilité pour les utilisateurs de Windows de désinstaller « davantage » d’applications intégrées à Windows compte tenu de la controverse en lien avec leur pertinence. Des mesures similaires de la part du géant technologique seront désormais obligatoires compte tenu du DMA qui donne jusqu’au 6 mars 2024 pour une mise en conformité.


Les décisions de Microsoft lui valaient de plus en plus de comparaisons avec Linux

C’est avantage Linux face à Windows sur l’aspect qui concerne la possibilité pour l’utilisateur de rester maître de son système d’exploitation. C’est un cas particulier de la comparaison générale entre systèmes d’exploitation à codes sources ouverts et ceux dits propriétaires. Grosso modo, Linux renforce plus l’utilisateur dans son statut de possesseur de son OS et, par extension, de son PC. Illustration avec des mèmes comparatifs des deux univers sur la diffusion des mises à jour à l’intention des utilisateurs.




Digital Markets Act : vue d'ensemble

Le règlement DMA (pour Digital Markets Act) du 14 septembre 2022 est, avec le règlement sur les services numériques (DSA), un des grands chantiers numériques de l’Union européenne. Il est progressivement applicable depuis le 2 mai 2023.

Le DMA a pour but de lutter contre les pratiques anticoncurrentielles des grandes enseignes du numérique, tels que les GAFAM (Google, Apple, Facebook, Amazon et Microsoft), qui ont acquis une position de quasi-monopole sur le marché européen, au détriment des petites et moyennes entreprises, de l’innovation et du choix des consommateurs. Le DMA impose aux plateformes numériques considérées comme des « gardiennes » du marché, c’est-à-dire celles qui ont un impact significatif sur le marché intérieur et qui servent d’intermédiaires incontournables pour les utilisateurs, de respecter un ensemble d’obligations et d’interdictions, sous peine de sanctions financières pouvant aller jusqu’à 10% de leur chiffre d’affaires mondial.

Sont présumées être des contrôleurs d’accès, au sens de la nouvelle législation européenne, les entreprises qui :

  • fournissent un ou plusieurs services de plateforme essentiels dans au moins trois pays européens ;
  • ont un chiffre d’affaires ou une valorisation boursière très élevé : 7,5 milliards d'euros au moins de chiffre d'affaires annuel en Europe dans les trois dernières années ou 75 milliards d'euros ou plus de capitalisation boursière durant la dernière année ;
  • enregistrent un grand nombre d’utilisateurs dans l'UE : plus de 45 millions d'Européens par mois et 10 000 professionnels par an pendant les trois dernières années.


Le 6 septembre 2023, la Commission européenne a publié une première liste de six contrôleurs d'accès. Il s'agit notamment des GAFAM américains Alphabet (Google), Amazon, Apple, Meta (Facebook) et Microsoft ainsi que du groupe chinois ByteDance, propriétaire de TikTok.

Les entreprises désignées comme gardiennes devront nommer un ou plusieurs responsables de la conformité avec le règlement, sous peine d'amende, et respecter d'ici le 6 mars 2024 une petite vingtaine d’obligations ou d'interdictions, pour chacun de leurs services de plateforme essentiels. Certaines sont applicables à tous, d'autres seront prononcées sur mesure.

Les contrôleurs d'accès devront par exemple :
  • rendre aussi facile le désabonnement que l'abonnement à un service de plateforme essentiel ;
  • permettre de désinstaller facilement sur son téléphone, son ordinateur ou sa tablette des applications préinstallées ;
  • rendre interopérables les fonctionnalités de base de leurs services de messagerie instantanée (Whatsapp, Facebook Messenger…) avec leurs concurrents plus modestes ;
  • autoriser les vendeurs à promouvoir leurs offres et à conclure des contrats avec leurs clients en dehors des plateformes ;
  • donner aux vendeurs l'accès à leurs données de performance marketing ou publicitaire sur leur plateforme ;
  • informer la Commission européenne des acquisitions et fusions qu'ils réalisent.


Et vous ?

Que pensez-vous des changements annoncés dans Windows en raison de l’application du Digital Markets Act ? Quelles attentes particulières avez-vous à formuler en la matière ?
Que pensez-vous de la décision de Microsoft de se conformer au DMA ? Est-ce une preuve de bonne volonté ou l'effet d'une contrainte de l’UE ?
Quels sont les avantages et les inconvénients de pouvoir désinstaller ou désactiver Edge, Bing, et les publicités sur Windows 11 ? Quel impact cela aura-t-il sur votre expérience utilisateur et sur votre vie privée ?
Comment le DMA va-t-il changer le paysage du marché numérique européen ? Quelles opportunités et quels défis cela représente-t-il pour les consommateurs, les concurrents et les autorités européennes ?
Quelle est votre opinion sur les autres entreprises « gardiennes » désignées par le DMA, comme Google, Apple, Facebook et Amazon ? Pensez-vous qu’ils vont se plier aux règles du DMA ou qu’ils vont résister ou contourner cette législation ?
Quelles sont les limites et les risques du DMA ? Peut-il entraver l’innovation et la compétitivité du secteur numérique européen ? Peut-il créer des effets pervers ou des distorsions de concurrence ?

Une erreur dans cette actualité ? Signalez-nous-la !

Avatar de juju26
Membre averti https://www.developpez.com
Le 27/01/2024 à 17:52
Citation Envoyé par TJ1985 Voir le message
D'accord pour discuter de la quotité. Mais bon, validation plateforme, hébergement, moteur de recherche, publicité, sans compter les outils de développement que je n'aime pas mais qui sont quand même efficaces...
Une plateforme dépourvue d'applications tierces est condamnée à l'échec, comme en témoigne l'histoire de Windows Phone qui n'a pas réussi à attirer les développeurs.

Pour qu'Apple puisse vendre avec succès ses ordinateurs et smartphones (à des prix élevés), elle a besoin du soutien des développeurs tiers. Ce n'est pas aux développeurs de supporter financièrement Apple.
5  0 
Avatar de 23JFK
Membre expert https://www.developpez.com
Le 17/02/2024 à 19:22
Ça fait 30 ans que je boycotte Apple, et ça n'est pas près de changer.
4  0 
Avatar de juju26
Membre averti https://www.developpez.com
Le 26/01/2024 à 20:20
Ils ont établi un tarif à la Unity... qui pourrait bien accepter une telle restriction ?!

Les seules actions justifiables sont les suivantes :

- Les utilisateurs devraient jouir du droit d'installer ce qu'ils désirent à partir de n'importe quelle source, sans avoir besoin d'un compte Apple et sans être confrontés à des messages alarmants !

- Les développeurs devraient avoir le droit de distribuer leurs applications depuis n'importe quelle source, sans être contraints à utiliser un compte Apple et sans avoir à rendre des comptes à cette entreprise.

- Les développeurs devraient être identifiés uniquement par un certificat de signature de code valide sur toutes les plateformes. Et bien sûr, plusieurs fournisseurs de ces certificats doivent exister pour une concurrence saine. Sous Windows, cela marche plutôt bien et c'est un bon compromis entre sécurité et liberté.

Point final.
3  0 
Avatar de chrtophe
Responsable Systèmes https://www.developpez.com
Le 27/01/2024 à 17:19
Sauf que là la "taxe" est prohibitive.
3  0 
Avatar de calvaire
Expert confirmé https://www.developpez.com
Le 11/01/2024 à 10:02
sa tombe bien le app store de macos respecte la nouvelle réglementation européenne (pouvoir installer des stores et apps en dehors de l'app store)
Donc Apple a juste homogénéisé son écosystème et a appliquer les même règle sur ces 4 autres stores, enfin au moins le app store de ios et ipados.
je crois pas que l'ue impose cela aux montres et a "l'informatique spatial" pour le moment, surtout que "l'informatique spatial" n'est meme pas encore sortie dans le monde, bientôt uniquement aux usa.

Ces industriels doivent comprendre que sur un produit de niche, ils peuvent faire ce qu'ils veulent, mais quand 1 produit impacte des milliards d'humains sur terre, on a un pouvoir immense sur le monde et donc on rentre dans une autre catégorie de juridiction.
Le smartphone est devenue en occident un produit de 1ere nécessité, pour faire ces opérations bancaire, la double authentification, pour prendre son billet de métro (disparition du billet papier a paris) pour faire des appels d'urgence (y'a plus de cabine téléphonique).
2  0 
Avatar de chrtophe
Responsable Systèmes https://www.developpez.com
Le 27/01/2024 à 8:49
Je suis tout à fait d'accord. Par contre personne ne nous oblige à acheter un iPhone, alors pourquoi ils ne sont pas boycottés ? Jamais je n'acheterais un iPhone, et pourtant je déteste l'ergonomie d'Android par rapport à iOS.
2  0 
Avatar de Bigb
Membre averti https://www.developpez.com
Le 27/02/2024 à 11:45
La Commission Européenne a été très claire concernant les règles et les sanctions liées au DMA. Apple a décidé de jouer, mais risque de perdre gros !
2  0 
Avatar de OrthodoxWindows
Membre émérite https://www.developpez.com
Le 11/01/2024 à 11:12
Alors là on atteint le summum de la mauvaise fois

Cela dit j'imagine que la différence est la même entre l'iPhone Pro, l'iPhone Pro Max, l'iPhone Plus et l'iPhone SE.

1  0 
Avatar de TJ1985
Membre chevronné https://www.developpez.com
Le 27/01/2024 à 10:00
Citation Envoyé par juju26 Voir le message
Ils ont établi un tarif à la Unity... qui pourrait bien accepter une telle restriction ?!

Les seules actions justifiables sont les suivantes :

Les utilisateurs devraient jouir du droit d'installer ce qu'ils désirent à partir de n'importe quelle source, sans avoir besoin d'un compte Apple et sans être confrontés à des messages alarmants !
Les développeurs devraient avoir le droit de distribuer leurs applications depuis n'importe quelle source, sans être contraints à utiliser un compte Apple et sans avoir à rendre des comptes à cette entreprise.

Point final.
Dans un monde idéal, c'est évident et c'est comme ça que ça se passe pour le desktop, en gros.
Mais voyez le niveau des utilisateurs de smartphone : Même avec des gardes-fous, ils se font arnaquer en continu sur leurs téléphones.
Libérez les sources d'installation, et vous aurez dans les cinq minutes un abruti qui appellera le support Apple pour se plaindre de la magnifique application qu'il vient d'installer de n'importe où. Puis, comme le support n'y pourra rien, le fâcheux se répendra sur les réseaux sous la forme "Apple, c'est dégueulasse", comme ça se pratique déjà très couramment.
Je crois donc que la pesée d'intérêts qui a abouti à l'app store est très pertinente.
Il y a un monde entre le comportement rationnel et les réseaux sociaux, et il est bien connu que plus on fait hurler la meute, plus on a de succès.
Qu'on s'entende : J'ai apprécié le Apple des années Jobs, le retour. Aujourd'hui, je suis très dubitatif même quant à l'avenir de cette société, engluée dans une mythologie irrationnelle et ayant perdu les fondamentaux de sa créativité. Mais ce n'est pas pour autant qu'il faut la fragiliser davantage en lui cassant les pattes arrières.
1  0 
Avatar de chrtophe
Responsable Systèmes https://www.developpez.com
Le 27/01/2024 à 10:47
Je suis d'accord avec tes arguments, la problématique étant qu'ils prennent 30% des gains passant par l'appstore, c'est là le prob.
1  0