Vous êtes nouveau sur Developpez.com ? Créez votre compte ou connectez-vous afin de pouvoir participer !

Vous devez avoir un compte Developpez.com et être connecté pour pouvoir participer aux discussions.

Vous n'avez pas encore de compte Developpez.com ? Créez-en un en quelques instants, c'est entièrement gratuit !

Si vous disposez déjà d'un compte et qu'il est bien activé, connectez-vous à l'aide du formulaire ci-dessous.

Identifiez-vous
Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ?
Créer un compte

L'inscription est gratuite et ne vous prendra que quelques instants !

Je m'inscris !

Microsoft se lance officiellement dans la lutte contre les changements obligatoires de mots de passe
Une pratique que l'entreprise estime obsolète

Le , par Stéphane le calme

115PARTAGES

15  0 
Dans un billet publié fin avril, Microsoft a affirmé que les politiques d'expiration de mot de passe adoptées jusqu'à présent, constituaient une mesure de sécurité inutile. La société a qualifié ces politiques comme étant anciennes, obsolètes et a annoncé son intention de les supprimer à partir de la mise à jour Windows 10 de mai. Le billet explique bien qu'une fois supprimés, les paramètres d'expiration de mot de passe devront être remplacés par des nouvelles implémentations des pratiques de sécurité plus modernes et plus performantes.

Ces nouveaux paramètres de sécurité s'appliquent à Windows 10 v1903 et Windows Server. Microsoft a fait savoir que ces nouveaux paramètres ne forceraient plus les utilisateurs dont les comptes sont contrôlés par la stratégie de groupe d'un réseau donné à changer leurs mots de passe toutes les semaines ou tous les mois. Microsoft n'abandonne pas ses règles d'expiration de mot de passe dans tous les domaines, mais le billet explique clairement la position de la société qui pense que faire expirer les mots de passe ne sert à rien.

Aaron Margosis, consultant chez Microsoft et auteur du billet en question, a déclaré : « Il ne fait aucun doute que l’état de la sécurité par mot de passe pose problème depuis longtemps. Lorsque les humains choisissent leurs propres mots de passe, ils sont trop souvent faciles à deviner ou à prédire. En cas de vol de mots de passe, il peut être difficile de détecter ou de restreindre leur utilisation non autorisée. S'il est évident qu'un mot de passe risque d'être volé, combien de jours peuvent être considérés comme une durée de temps acceptable pour continuer à permettre au voleur d'utiliser ce mot de passe volé ? La valeur par défaut de Windows est de 42 jours. Cela ne vous semble-t-il pas ridiculement long ? Eh bien, si, et pourtant notre base de référence actuelle dit 60 jours. L'expiration périodique du mot de passe est une mesure d'atténuation ancienne et obsolète de très faible valeur, et nous ne pensons pas qu'il soit utile que notre base de référence applique une valeur spécifique ».


Pourquoi Microsoft veut changer ses perspectives en matière de sécurité ?

Cette volonté de changer d’approche est en grande partie le résultat de recherches montrant que les mots de passe sont les plus susceptibles d’être devinés quand ils sont faciles à retenir pour les utilisateurs finaux (par exemple, lorsqu’ils se servent d’un nom ou d’une phrase d’un film ou d’un livre favori). Au cours de la dernière décennie, des pirates informatiques ont exploité des violations du mot de passe pour constituer des dictionnaires de millions de mots. Combinés à des cartes graphiques ultrarapides, les pirates peuvent émettre de nombreuses suppositions lors d'attaques hors ligne, ce qui se produit lorsqu'ils volent les hachages qui représentent le mot de passe de l'utilisateur en texte brut.

Même lorsque les utilisateurs essaient de dissimuler leurs mots de passe faciles à retenir, en ajoutant des lettres ou des symboles aux mots, ou en remplaçant les “o“ par “0” et les “i” par “1”, les hackers peuvent utiliser des règles de programmation qui modifient les entrées du dictionnaire. Par conséquent, ces mesures offrent peu de protection contre les techniques modernes d’attaques par force brute.

Les chercheurs sont de plus en plus parvenus à un consensus : les meilleurs mots de passe ont au moins 11 caractères, sont générés aléatoirement et sont composés de lettres majuscules et minuscules, de symboles (tels que%, * ou> et de chiffres. Ces traits les rendent particulièrement difficiles à retenir pour la plupart des gens. Les mêmes chercheurs ont averti que rendre obligatoire la modification du mot de passe tous les 30, 60 ou 90 jours, ou à toute autre période, peut être préjudiciable pour de nombreuses raisons. Parmi elles, les exigences incitent les utilisateurs finaux à choisir des mots de passe plus faibles qu’ils ne choisiraient pas autrement. Un mot de passe qui était “P@$$w0rd1” devient “P@$$w0rd2” et ainsi de suite. Dans le même temps, les modifications obligatoires offrent peu d'avantages en termes de sécurité, car les mots de passe doivent être changés immédiatement en cas de véritable manquement plutôt qu'après un délai défini par une stratégie.

Malgré le consensus grandissant parmi les chercheurs, Microsoft et la plupart des grandes entreprises n’ont pas voulu se prononcer contre les modifications périodiques du mot de passe. L’une des exceptions notables s’est produite en 2016, lorsque Lorrie Cranor, alors technologue en chef de la Commission fédérale du commerce, a annoncé l’avis de son propre employeur. Presque trois ans plus tard, Cranor a des followers.


La proposition finale de Microsoft

Dans un billet de blog publié le mois dernier et portant la mention FINAL, Margosis a avancé que :

« Des recherches scientifiques récentes remettent en question la valeur de nombreuses pratiques de sécurité de mot de passe de longue date, telles que les stratégies d'expiration de mot de passe, et pointe plutôt vers de meilleures solutions telles que l'application de listes de mots de passe interdits (un excellent exemple étant la protection par mot de passe Azure AD) et l’authentification à facteurs multiples. Bien que nous recommandions ces alternatives, elles ne peuvent pas être exprimées ou appliquées avec nos lignes de base de configuration de sécurité recommandées, qui reposent sur les paramètres de stratégie de groupe intégrés de Windows et ne peuvent pas inclure de valeurs spécifiques au client ».

Plus loin, il explique que

« L'expiration périodique du mot de passe est un moyen de défense uniquement contre la probabilité qu'un mot de passe (ou un hachage) soit volé pendant son intervalle de validité et soit utilisé par une entité non autorisée. Si un mot de passe n’est jamais volé, il n’est pas nécessaire de le faire expirer. Et si vous avez la preuve qu'un mot de passe a été volé, vous agiriez probablement immédiatement plutôt que d'attendre l'expiration pour résoudre le problème.

Margosis a clairement indiqué que les modifications n’affectaient en aucune manière la longueur, l’historique ou la complexité du mot de passe recommandé. Et, comme il l'a également souligné, Microsoft continue de demander aux utilisateurs d'utiliser l'authentification multifactorielle.

Les modifications apportées aux paramètres de base de la sécurité de Microsoft ne modifieront pas les valeurs par défaut incluses dans les versions de serveur Windows, qui, selon Margosis, restent 42 jours, soit même moins que les 60 jours suggérés dans les anciens paramètres de base. Néanmoins, le changement de base est susceptible de donner des munitions aux employés lorsqu’ils plaident en faveur de changements au sein de leurs propres organisations. Jeremi Gosney, expert en sécurité des mots de passe et fondateur et PDG de Terahash, a également déclaré que cela pourrait également aider les entreprises à lutter contre les auditeurs, qui les trouvent souvent non conformes à moins d’avoir adopté des modifications de mot de passe dans un délai déterminé.

« Microsoft se lance officiellement dans la lutte contre les changements obligatoires de mots de passe », a déclaré Gosney.


Les modifications apportées aux lignes de base Windows 10 v1809 et Windows Server 2019 incluent:
  • L'activation de la nouvelle stratégie « Activer les options d'atténuation svchost.exe », qui applique une sécurité plus stricte sur les services Windows hébergés dans svchost.exe, stipule notamment que tous les fichiers binaires chargés par svchost.exe doivent être signés par Microsoft et que le code généré de manière dynamique n'est pas autorisé. Portez une attention particulière à celui-ci, car cela pourrait entraîner des problèmes de compatibilité avec du code tiers essayant d'utiliser le processus d'hébergement svchost.exe, y compris les plugins tiers de cartes à puce ;
  • La possibilité de configurer le nouveau paramètre de confidentialité des applications « Laisser les applications Windows activer la voix lorsque le système est verrouillé » de telle manière afin que les utilisateurs ne puissent pas interagir avec les applications utilisant la voix lorsque le système est verrouillé ;
  • La désactivation de la résolution de nom de multidiffusion (LLMNR) pour atténuer les menaces d'usurpation de serveur ;
  • La limitation du type de nœud NetBT au nœud P, afin d’interdire l'utilisation de la diffusion pour enregistrer ou résoudre les noms, ainsi que pour atténuer les menaces d'usurpation de serveur. Microsoft a ajouté un paramètre à ADMX personnalisé « MS Security Guide » pour permettre la gestion de ce paramètre de configuration via la stratégie de groupe ;
  • La correction d'un oubli dans la ligne de base du contrôleur de domaine en ajoutant les paramètres d'audit recommandés pour le service d'authentification Kerberos ;
  • La suppression des stratégies d'expiration de mot de passe nécessitant des modifications périodiques du mot de passe ;
  • La suppression de la méthode de chiffrement spécifique du lecteur BitLocker et des paramètres de renforcement du chiffrement. La ligne de base a requis le cryptage BitLocker le plus puissant qui soit. Microsoft supprime cet élément pour plusieurs raisons. Le cryptage par défaut est 128 bits et ses experts en cryptographie lui ont expliqué qu'il n'y a aucun risque connu de rupture dans un avenir prévisible. Sur certains matériels, il peut y avoir une dégradation notable des performances allant de 128 à 256 bits. Enfin, de nombreux périphériques, tels que ceux de la ligne Microsoft Surface, activent BitLocker par défaut et utilisent les algorithmes par défaut. La conversion de ceux-ci en 256 bits nécessite tout d'abord de déchiffrer les volumes, puis de les rechiffrer, ce qui crée une exposition temporaire à la sécurité ainsi que des répercussions sur l'utilisateur.

Source : Microsoft

Voir aussi :

Computex 2019 : Microsoft présente sa vision pour le futur de son système d'exploitation, un système toujours connecté et sécurisé par défaut
Salaires IT : Oracle, SAP et Microsoft sont les entreprises IT qui paient le mieux en France, selon Glassdoor
Microsoft annonce la disponibilité de TypeScript 3.5 qui apporte une amélioration de la vitesse, et de nombreuses optimisations
La plupart des utilisateurs de Windows 10 exécutent toujours une mise à jour de plus d'un an, après le déploiement de deux mises à jour majeures
La MàJ Windows 10 mai 2019 est disponible et apporte Windows Sandbox, une machine virtuelle légère pour exécuter des apps potentiellement dangereuses

Une erreur dans cette actualité ? Signalez-le nous !

Avatar de Gorzyne
Membre habitué https://www.developpez.com
Le 05/06/2019 à 17:45
Sur ce, je dépose ça là innocemment :
oui enfin y a les attaques par dictionnaire aussi
0  0